Efficacité

Savoir dire « non »

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 vote(s), note: 5,00 / 5)
Loading...

Il vous est difficile de dire « non » à un collègue, un manager, un client… ou tout simplement à un membre de votre famille ? Savoir poser les limites et les exprimer est pourtant essentiel pour être vraiment autonome et prendre soin de soi.

Affirmez-vous

La difficulté à oser dire « non » provient le plus souvent d’une peur de rompre un lien, d’être jugé comme quelqu’un d’égoïste ou de non serviable. Mais la soumission silencieuse n’est pas une solution : votre interlocuteur ne peut deviner le fond de votre pensée et il est illusoire de croire que « la situation s’arrangera d’elle-même ». Si vous n’affirmez pas votre « non », vous risquez de vous ligoter dans une fausse gentillesse.

Dites-vous que confrontation ne rime pas nécessairement avec conflit et osez exister. Vous vous éviterez frustration, mécontentement, amertume et anxiété. Au lieu de subir, vous deviendrez acteur. Vous enverrez ainsi à autrui les informations nécessaires qui vont lui permettre de modifier son comportement à votre égard.

Simplifiez-vous la vie

En vous affirmant par un vrai « non », vous gagnez du temps et de l’énergie psychique. Vous renforcez votre puissance intérieure et votre estime de vous-même. Face à autrui, vous existez avec consistance. Vous vous positionnez. La relation retrouve donc un équilibre : en sortant du rapport dominant / dominé, vous paraissez plus fiable, plus tonique. Cette position rend la communication interpersonnelle plus riche puisqu’elle permet à chacun d’être authentique et en même temps réaliste La relation n’est plus polluée par des concessions de type « oui, mais… ».

Dites un « non » ferme… mais pas fermé

Avant de dire « non », évaluez tout de même l’enjeu. Considérez notamment votre lien de subordination. Rappelez-vous que votre refus vise non pas une personne mais une demande ou un comportement. Sachez vous mettre à la place de votre interlocuteur et lui manifester de l’empathie pour l’accompagner dans la frustration que vous allez générer. Redites-lui, par exemple, combien il vous importe de contribuer au travail de l’équipe. Assumez votre « non », sans vous justifier, mais en l’expliquant succinctement et concrètement. Accueillez la contrariété de votre interlocuteur. Si ce dernier insiste, opposez-vous avec assurance, délicatesse et courtoisie… au moins trois fois.

Anne Mangin le répète au cours des stages qu’elle anime chez CSP : « Savoir dire « non » est une force. Quand on sait dire « non » à bon escient, notre « oui » est plus fiable. On peut gagner cette assurance en apprenant à écouter son désir ou son besoin, puis à l’exprimer avec conviction, tout en respectant l’autre. »

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien “Affirmation de soi – Assertivité”

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)