Formation Professionnelle

6 bonnes raisons de former vos équipes à la parentalité

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 vote(s), note: 5,00 / 5)
Loading...

Nous avons rencontré Patrice Bonfy à l’occasion du lancement du Think Tank Agir pour l’égalité. Il est le co-fondateur de Paternel, le média de la nouvelle génération de pères et de parents, qui approfondit chaque jour son étude du “management de la parentalité”. Patrice nous dit aujourd’hui pourquoi des formations sur la parentalité ont toute leur place dans les entreprises.

1. Informer les futurs parents sur leurs droits et bénéfices

On va avoir un bébé”. Les questions se bousculent dans la tête du salarié futur parent. Mais vers qui se tourner pour obtenir des réponses ?
Pour la future mère, pas facile d’évoquer au bureau ses questions sur la conciliation travail/maternité alors même que la question la plus urgente qu’elle a est “quand et comment annoncer cette nouvelle à mes collègues et supérieurs ?”.
Quant au futur père, il ne lui vient même pas nécessairement à l’esprit que l’entreprise a des solutions à lui proposer pour faciliter ce statut de jeune papa dans lequel il a encore du mal à se projeter.
En s’informant sur internet, les salariés découvriront au mieux les modalités générales de congés maternité, paternité et parentaux. Ils passeront peut-être à côté de bénéfices particuliers liés à leur branche, ou à l’entreprise. Et ils manqueront certainement une vision globale du panorama des dispositifs dédiés à la parentalité qui pourraient les concerner.

67% des hommes affirment ainsi être mal informés des divers formats d’aménagement du temps de travail auxquels ils seraient susceptibles d’adhérer. Comment ces informations sont-elles diffusées dans votre organisation ?

2. Accompagner les absences pour congé parental

L’absence pour quelques mois d’un salarié (en France, à date, majoritairement des femmes en congé maternité) peut être perçue par son équipe comme une terrible épreuve à surmonter. Pourtant, à la différences d’autres aléas professionnels, comme les démissions ou les accidents, le congé parental laisse 3 mois, a minima, pour s’organiser.
Le salarié qui part en congé parental aura peut-être besoin d’être coaché pour lister et partager ses responsabilités, ainsi que recruter et former un éventuel remplacement. Il aura aussi certainement besoin de soutien à son retour dans l’entreprise, pour reprendre harmonieusement sa place dans l’équipe.
Toute l’équipe concernée par ce congé parental pourra aussi bénéficier d’un suivi spécifique leur permettant d’exprimer et d’anticiper leur craintes par rapport à l’absence, et au retour de leur collègue.
Vos cadres disposent-ils des bons outils (formations ou coachs) pour accompagner efficacement les départs et retours de congés parentaux ?

3. Sensibiliser au respect des obligations parentales

Accueillir un petit enfant, c’est un grand bonheur bien sûr, mais c’est aussi beaucoup de stress. Tout ce que les collègues et supérieurs peuvent faire pour éviter d’aggraver ce stress contribuera à conserver la motivation et la fidélité du collaborateur jeune parent.
Sachant que 80 % des jeunes parents français sont bi-actifs, hommes et femmes seront à un moment donné obligés de partir plus tôt que d’habitude pour s’occuper des enfants, d’arriver plus tard le matin, de s’absenter pour un rendez-vous chez le pédiatre, un problème à l’école, etc.
Sensibiliser un maximum de collaborateurs d’une entreprise à ces obligations (qui ne sont pas forcément les mêmes que du temps où eux étaient jeunes parents), et apprendre à gérer le temps professionnel en les prenant en compte (éviter les réunions tardives, autoriser des absences temporaires justifiées, etc.) évitera de créer les conditions du rejet d’un « métier qui ne me correspond plus ».

4. Encourager l’équilibre vie professionnelle/vie privée

Cet apprentissage d’une cohabitation harmonieuse du temps professionnel et du temps privé est d’autant plus important pour une entreprise qu’il profitera en réalité tous les collaborateurs, parents ou non-parents. Et des collaborateurs qui prennent le temps de décrocher, de s’ouvrir au monde, sont bien souvent la condition d’une entreprise en bonne santé.
Pour favoriser l’équilibre vie professionnelle/vie privée, il faut forcément mettre en place une organisation plus efficace du travail. Cela passe par le déploiement dans l’entreprise des outils et de l’état d’esprit permettant le travail à distance, la prise de décisions plus autonome, le suivi de l’avancée des projets selon des critères clairs et quantifiables, etc.
Des employés plus heureux et motivés dans une structure plus efficiente ? C’est peut-être ça aussi former son entreprise à la parentalité !

5. Favoriser l’égalité femme/homme dans l’entreprise

En encourageant l’équilibre vie professionnelle/vie privée, en généralisant une conception des congés parentaux comme des projets à gérer plutôt que des moments difficiles à passer, en communiquant régulièrement et largement sur les dispositifs de l’entreprise pour les jeunes parents, on crée les conditions nécessaires à une vision positive de la parentalité.
Les premières à en bénéficier seront les femmes qui subissent encore largement, au moment du recrutement comme dans leur progression, des préjugés liés au « risque » de maternité.
Mais les hommes en profiteront aussi. Au moins les jeunes papas, qui sont aujourd’hui une majorité (54% des 18-30 ans) à souhaiter prendre un congé parental, mais sont freinés par la peur d’être défavorablement jugés par leurs collègues.
Former son entreprise à la parentalité, c’est aussi mettre en route un puissant cercle vertueux d’égalité entre les femmes et les hommes.

6. Offrir des outils pour une parentalité plus épanouie

On a parlé jusqu’ici de la gestion de la parentalité dans l’entreprise. Mais est-ce que l’entreprise n’aurait pas aussi son mot à dire, sa formation à proposer, sur la manière dont le salarié gère sa parentalité dans son foyer ? Tout le monde est désormais conscient que l’étanchéité entre la maison et le bureau est très relative.
Un salarié qui arrive à la maison sans avoir réussi à se débarrasser de son stress de la journée a-t-il une chance de passer une soirée sereine ? L’énervement des enfants vient souvent du stress des parents. Serait-il choquant qu’une entreprise propose à ses employés des formations pour apprendre à “couper” mentalement entre la réunion d’équipe et le bain des enfants ?
Un collaborateur qui n’a pas passé une bonne nuit depuis 3 mois, ou qui s’inquiète d’une rupture de communication avec son adolescent, sera-t-il concentré toute la journée ? On voit bien que l’entreprise peut trouver un retour sur investissement immédiat à accompagner la résolution de problématiques parentales intimes de ses employés.
De telles formations devront bien sûr être proposées avec la discrétion et le respect dus par l’entreprise à la vie privée de ses collaborateurs.

On s’y met ?
Vous êtes prêt à réfléchir à un parcours de formation à la parentalité pour votre entreprise ? Contactez-nous pour un état des lieux de cette thématique dans votre organisation, et des propositions d’actions sur mesure.

Vous voulez continuer à vous informer sur les aspirations de la nouvelle génération de parents ? Consultez Le Paternel.

Patrice Bonfy – Le Paternel

Commentaires (1)

Commenter cet article

  1. […] des formations ! Nous venons d’ailleurs de publier l’article « 6 bonnes raisons de former vos […]

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)