Formation Professionnelle

Neurosciences et formation : « Il faut suivre son chemin… neuronal »

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (1 vote(s), note: 4,00 / 5)
Loading...

Coach certifié à l’institut des Neurosciences appliquées et formateur chez CSP, Xavier Martin a corédigé le livre blanc Neurosciences et Formation. Dans cet entretien, il convainc presque que comprendre les neurosciences, c’est aussi simple que de faire le tour d’un jardin public… Soit.

©John Anthony Rizzo

La diagonale comme sillon neuronal.

L’apport des neurosciences dans les parcours pédagogiques, est-ce une évolution ou une révolution ?
Il y a eu des recherches sur l’apprentissage et les pratiques pédagogiques bien avant ces dernières années qui ont vu l’essor des neurosciences. Leur intérêt, en particulier avec les technologies d’imagerie, c’est d’avoir confirmé le bien-fondé de certains principes ou pratiques, d’avoir réfuté d’anciennes vérités et enfin d’avoir précisé des phénomènes d’apprentissage que d’autres théories ou expérimentations avaient montrées. Ce qui permet de revisiter, réinventer, approfondir nos pratiques pédagogiques.

Avez-vous un exemple d’une confirmation scientifique apportée par les neurosciences?
Oui absolument. Il était déjà connu que d’apprendre demande de l’énergie et que pour mieux mémoriser, il est préférable d’être en forme et de faire attention. Les neurosciences confirment en précisant les différentes fréquences auxquelles le cerveau fonctionne selon ses activités. Elles montrent le lien avec sa consommation d’énergie, qui est trois à quatre fois plus importante pendant l’apprentissage que pendant des « activités automatiques ». Ensuite, les neurosciences ont permis de contrer la théorie selon laquelle il était intéressant de sélectionner le « canal d’entrée préférentiel » des apprenants : visuel, auditif, kinesthésique et de modifier en conséquence le contenu de la formation. Aujourd’hui, nous savons que plus le nombre de canaux utilisés simultanément est important, meilleure sera la mémorisation à long terme.

Alors, justement, pouvez-vous donner des exemples concrets de ce que vous avez changé dans vos pratiques pédagogiques ?
Prenons une session consacrée à un entretien managérial ou de vente. Les neurosciences ont démontré qu’une personne qui regarde une séquence se dérouler, particulièrement lorsqu’il sait qu’il devra la reproduire, active les mêmes zones du cerveau que lorsqu’il exécute lui-même cette séquence. Mieux, ce sont aussi les mêmes zones du cerveau qui s’activent lors d’une (pré)visualisation mentale de ladite séquence. Appliqué à la pédagogie, cela peut prendre la forme d’un appel pour éveiller l’attention, d’un apport bref avec la méthodologie de démarrage de l’entretien, d’une vidéo ou d’une démonstration par le formateur (en ayant expliqué préalablement que les apprenants s’entraîneraient après) ou même d’un débriefing. Cela permet, en fait, à chacun d’exécuter trois ou quatre fois la même séquence et donc de mieux creuser ses « sillons neuronaux ».

Ses sillons neuronaux ?
Oui, pour imager cette notion, prenons un autre exemple. J’ai, à côté de chez moi, un jardin public que je traverse régulièrement pour me rendre au bureau. Une grande pelouse et un chemin goudronné en fait le tour. Les passants ont commencé à traverser la pelouse. Au début, l’herbe était juste visiblement foulée. Puis, j’ai pu voir se former une sente étroite, puis plus large. Aujourd’hui, c’est un chemin d’un mètre cinquante de large qui a été aménagé par les services municipaux, que tout le monde emprunte. Dans notre cerveau, c’est la même chose ! Nos pensées, nos actions créent des connexions neuronales, qui suivent ces fameux « sillons neuronaux » en reliant les différentes zones du cerveau concernées. Plus nous pensons la même chose, plus nous effectuons les mêmes gestes, plus ces connexions se font aisément et plus ces chemins neuronaux deviennent faciles à emprunter, jusqu’à être intégré au « mode automatique » de notre cerveau en fréquence 20hz, celui qui demande peu d’énergie. C’est pourquoi, la répétition devient si importante pour changer nos habitudes, les nôtres et celles de nos apprenants. C’est pour cela que dans nos sessions, nous laissons une grande part à l’entraînement. Notons que ce qui est vrai pour nos habitudes comportementales l’est aussi pour le phénomène de la mémorisation.

Vous voulez dire que plus nous répétons, plus notre cerveau mémorise ?
Oui parfaitement! Et là encore, les neurosciences ont montré comment nous recréons nos souvenirs à chaque fois que nous les rappelons, en parcourant le chemin neuronal correspondant (nous ne stockons pas des « images » comme dans un album photo numérique, mais les moyens de les retrouver). Donc, plus nous nous rappelons une information, plus nous activons ce même chemin, et plus ce chemin deviendra une route départementale, une route nationale qu’il sera aisé et rapide d’emprunter.

Qu’est-ce que cela a changé dans vos pratiques pédagogiques ?
En fait, cela nous a fait passer du concept de la session de formation à celui du parcours: allonger le temps total de formation, tout en le fractionnant.

Concrètement, qu’est-ce que ça donne ?
Concrètement, c’est là que les nouveaux outils digitaux entrent en jeu. Nous concevons des parcours avec des activités d’apprentissage avant et après les sessions présentielles. C’est ce que nous appelons dans la profession le « Blended Learning* ». Ces activités sont rythmées grâce à une plateforme d’apprentissage au travers de laquelle les apprenants sont invités à répondre à des quiz et/ou prendre connaissance de documents, de vidéos. Nous utilisons aussi, de plus en plus, les classes à distance (le formateur et les apprenants sont bien présents simultanément mais dans des lieux différents). Nous avons aussi recours aux outils numériques en salle, qui font appel à deux notions mises en valeur grâce aux neurosciences : l’importance du plaisir dans l’apprentissage et le besoin qu’a le cerveau de savoir très rapidement s’« il a juste ou non » pour modifier, procéder par itération. Oui, on peut vraiment dire que les neurosciences ont façonné et façonnent encore nos parcours pédagogiques.

 

Découvrez les bonnes pratiques à adopter en formation,  inscrivez vous à notre matinale gratuite « Les neurosciences au service de l’apprentissage ! », le 13 avril à Lyon !

Pour télécharger le livre blanc Neurosciences et formation

Interview vidéo de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche en neurosciences à l’institut Pasteur

L’entretien de Aurélie Van Dijk, chef de projet pédagogique chez CSP Comment les neurosciences revisitent la formation professionnelle

Xavier Martin
Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille, titulaire d’un cycle de Marketing Stratégique de l’Institut Français de Gestion, certifié Success Insights

Sa formation, ses 20 années d’expérience commerciale et marketing lui donnent une vision d’ensemble des thématiques liées à la relation client et au développement commercial. Depuis 10ans, il est consultant formateur dans ces domaines et dans le management d’équipes. Chez CSP, Il est aussi responsable de l’offre du domaine Vente et Relation Client.

Commentaires (3)

Commenter cet article

  1. […] Pour télécharger le livre blanc Neurosciences et formation Interview vidéo de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche en neurosciences à l’institut Pasteur Article de Aurélie Van Dijk coauteur du livre blanc CSP Neurosciences et Formation Comment les neurosciences revisitent la formation professionnelle Article écrit à quatre mains par Yann Coirault et Xavier Martin, formateur CSP Neurosciences : ce qu’elles ont confirmé et infirmé de la formation Interview de Xavier Martin, formateur CSP et coach certifié de l’Institut des neurosciences appliquées, coauteur du livre blanc Neurosciences et formation : « Il faut suivre son chemin… neuronal » […]

  2. […] Découvrez les bonnes pratiques à adopter en formation, inscrivez vous à notre matinale gratuite « Les neurosciences au service de l’apprentissage ! », le 13 avril à Lyon ! Pour télécharger le livre blanc Neurosciences et formation Interview vidéo de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche en neurosciences à l’institut Pasteur Article de Aurélie Van Dijk coauteur du livre blanc CSP Neurosciences et Formation Comment les neurosciences revisitent la formation professionnelle Article écrit à quatre mains par Yann Coirault et Xavier Martin, formateur CSP Neurosciences : ce qu’elles ont confirmé et infirmé de la formation Interview de Xavier Martin, formateur CSP et coach certifié de l’Institut des neurosciences appliquées, coauteur du livre blanc Neurosciences et formation : « Il faut suivre son chemin… neuronal » […]

  3. […] Comment le cerveau peut nous faire échouer ? C’est simple, il prend les mêmes mauvaises autoroutes (neuronales). Nous continuons à les prendre bien que nous savons qu’ils ne mènent pas au bon endroit ou que la route est mauvaise. En fait, par confort intellectuel, le cerveau se met en mode automatique (lire l’article de Xavier Martin Il faut suivre son chemin neuronal. […]

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)