Formation Professionnelle

Neurosciences : ce qu’elles ont confirmé et infirmé de la formation

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (3 vote(s), note: 4,67 / 5)
Loading...

Les neurosciences sont très à la mode. Leur étude permet de redéfinir l’étendue des savoirs liés à l’apprentissage. Petite synthèse sur ce que les neurosciences ont confirmé, infirmé, ou même appris.

©PhotoIndia/GraphicObsession

La force de la mémorisation est liée à la force de l’émotion éprouvée lors de l’apprentissage.

Ce que les neurosciences ont confirmé

– En pédagogie, la répétition facilite la mémorisation.

– L’apprenant progresse plus vite s’il a une information de retour rapide sur les conséquences positives ou négatives de ses actions, ou sur le fait que son acquisition de connaissance est juste ou non. C’est le circuit de la récompense qui met en marche, une série d’itérations successives : prédiction, feedback, correction, nouvelle prédiction. Dans l’apprentissage, c’est effectivement la motivation par le renforcement positif et la récompense immatérielle qui va favoriser l’assimilation.

– Plus je fais quelque chose, plus j’ai d’aisance à le faire : ce sont les chemins neuroniques qui se mettent en place. On parle aussi de consolidation.

– Plus je cherche fréquemment à me rappeler quelque chose plus je m‘en souviens. Nous ne stockons pas des souvenirs comme des images sur un disque dur, mais nous « recréons » ces souvenirs en connectant différentes zones de notre cerveau.

– Plus je suis attentif et en bonne forme, plus je mémorise.

– Le sommeil consolide les connaissances acquises lors de la journée et facilite leur ancrage dans la mémoire à long terme. Plus précisément, le sommeil permet de faire le tri des connaissances acquises et des expériences vécues dans ce même temps. Il supprime aussi des éléments (l’oubli est l’autre facette de la mémorisation, qui lui est nécessaire).

– La force de la mémorisation est liée à la force de l’émotion éprouvée lors de l’évènement, lors de l’apprentissage.

Ce que les neurosciences ont infirmé

– La pertinence des trois catégories d’apprenants : les visuels, auditifs, kinesthésiques. Il paraissait donc intéressant de « segmenter » les apprenants selon leur mode d’acquisition privilégié et de modifier en conséquence les contenus de formation. En fait, les neurosciences montrent que plus le nombre de sens sollicités est important, plus la mémorisation devient forte et pérenne. Nous ne sommes pas qu’un seul type d’apprenant.

– Les longues formations sur 3 ou 4 jours sont plus profitables que les plus courtes. C’est faux, il vaut mieux apprendre un peu tous les jours pendant 15 minutes que de passer de longues heures d’étude sur une période plus courte. A défaut, il faut changer de mode pédagogique ou d’activité toutes les 15 minutes, car l’attention d’un cerveau normal reste à son maximum pendant cette même durée.

– On ne crée plus de nouveaux neurones après un certain âge. L’apprentissage au-delà de 18 ans devenait inutile ou sans portée réelle. Faux : la plasticité cérébrale permet l’apprentissage à tout âge.

Ce que les neurosciences nous ont appris

– L’apprentissage peut se réaliser en regardant faire, en se projetant en train de faire, (en effectuant une prévisualisation) ou en train de faire : ce sont les mêmes zones du cerveau qui sont activées dans ces trois cas. Ceci grâce à nos neurones miroir.

– Le cerveau représente 2,5% de notre poids et consomme 25% de notre énergie : apprendre fatigue.

– Le cerveau attentif fonctionne à 60Hz, le cerveau automatique à 20 Hz : c’est l’attention et l’engagement actif qui fait passer le cerveau en 60 Hz.

– Faire bouger physiquement les participants favorise l’activation du cervelet et favorise donc la mémorisation et la créativité.

Xavier Martin et Yann Coirault – Formateurs CSP

Découvrez les bonnes pratiques à adopter en formation,  inscrivez vous à notre matinale gratuite « Les neurosciences au service de l’apprentissage ! », le 13 avril à Lyon !

Pour télécharger le livre blanc Neurosciences et formation

Interview vidéo de Pierre-Marie Lledo, directeur de recherche en neurosciences à l’institut Pasteur

L’entretien de Aurélie Van Dijk, chef de projet pédagogique chez CSP Comment les neurosciences revisitent la formation professionnelle

L’entretien de Xavier Martin, coach certifié Institut des Neurosciences appliquées et formateur CSP Il faut suivre son chemin… neuronal

Xavier Martin

Diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille, titulaire d’un cycle de Marketing Stratégique de l’Institut Français de Gestion, certifié Success Insights

Sa formation, ses 20 années d’expérience commerciale et marketing lui donnent une vision d’ensemble des thématiques liées à la relation client et au développement commercial. Depuis 10ans, il est consultant formateur dans ces domaines et dans le management d’équipes. Chez CSP, Il est aussi responsable de l’offre du domaine Vente et Relation Client.


Yann Coirault
Ingénieur, Coach certifié, MBTI®

Consultant, il est spécialisé dans le management, le coaching individuel ou d’équipe et le team building.

Commentaires (1)

Commenter cet article

  1. […] professionnelle Article écrit à quatre mains par Yann Coirault et Xavier Martin, formateur CSP Neurosciences : ce qu’elles ont confirmé et infirmé de la formation Interview de Xavier Martin, formateur CSP et coach certifié de l’Institut des neurosciences […]

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)