Leadership et Management

Du leader super-héros au leader juste

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (3 vote(s), note: 5,00 / 5)
Loading...

Leadership et infaillibilité ne vont pas de pair. Pour bien guider une équipe, il est important d’être un leader juste, c’est à dire savoir accepter ses propres forces et faiblesses et reconnaître ses erreurs.

« Un bon leader sait donner le cap et inciter les autres à le suivre, explique Marc Laiolo, consultant formateur en management au sein de CSP. Il suggère le chemin en l’empruntant le premier et, par ses paroles et ses actions, il valorise ses équipiers dans leur rôle de contributeurs à l’atteinte de l’objectif. » Nous sommes loin du leader super-héros, infaillible, qui considère qu’il peut tout faire tout seul. Cet idéal trompeur génère deux travers. « Cette exigence de surperformance vis-à-vis de soi-même et des autres se répercute de manière néfaste en ajoutant une pression supplémentaire sur ses collaborateurs. De plus, en mettant la barre trop, cet idéal peut également étouffer la vocation de ceux qui se savent faillibles. »

D’où l’importance de la notion d’un leader plus juste, plus authentique, croit le consultant formateur en management : « La clé est l’humilité. Il est important de savoir reconnaître ses forces, ses faiblesses, ses émotions et celles des autres. Tout comme il est indispensable de reconnaître et valoriser la contribution de chacun à la réussite. »

Leader juste : 3 axes de développement

Lucide et optimiste, un leader juste a confiance en lui et en ses collaborateurs quant à l’atteinte de l’objectif, « il a également conscience de ses limites, de celles des membres de son équipes et des contraintes imposées par l’organisation », précise Marc Laiolo. Ce qui suppose de savoir faire preuve d’ouverture et d’être à l’écoute des feedbacks.

Le leader juste est également dans l’amélioration continue, en acceptant le fait de pouvoir se tromper, « être ouvert aux erreurs, les siennes comme celles des autres, permet de mettre en place une critique constructive, d’analyser ce qui fonctionne ou pas, et de s’améliorer », ajoute-t-il. L’intelligence émotionnelle est également à développer. « Elle demande d’être ouvert aux émotions, les siennes comme celles de ses collaborateurs, afin d’en faire des leviers au service de l’objectif. »

Enfin, un leader juste sait être dans la co-construction du succès, « et ce en s’appuyant et en valorisant les contributions des membres de son équipe, appuie le consultant formateur en management. Cela implique de favoriser leur autonomie, leur prise d’initiative et de savoir partager les fruits de la réussite. »

 

 

      • Vous souhaitez devenir un leader inspirant ?
      • Inscrivez-vous à la formation Agir en leader

Commentaires (1)

Commenter cet article

  1. Evelyne dit :

    J’approuve cette analyse du leader « moderne ». Par contre je pense qu’il faut garder une dose de « super pouvoirs » pour les situations tendues qui exigent le maintien d’un cap.

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)