Leadership et Management

La gestion de l’erreur, compétence-clé du chef de projet de demain ?

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 vote(s), note: 4,50 / 5)
Loading...

La question peut paraître étrange. Pour y répondre partons du postulat que, oui, l’erreur a toute sa place dans la gestion de projet. En fait, nous allons prouver que son immixtion apporte bien plus qu’une simple réponse mais une multitude de solutions sur la gestion des situations complexes qui convoquent créativité et coopération. Oui, parfaitement.

josh-calabrese

Le droit à l’erreur devient une condition de réussite ! Ce qui suit, c’est une réflexion en lien avec le critère de coopération en équipe. « Je crains de proposer cette idée lors de notre prochaine revue de projet…. Si elle se révèle être une erreur, je risque de perdre toute ma crédibilité et je vais passer pour un bon à rien… ». Voilà le raisonnement type que tout chef de projet devrait proscrire aussi bien pour lui que pour les membres de l’équipe ! Ceci afin de faire en sorte que le droit à l’erreur fasse parti des règles du jeu.

L’erreur bien considérée
Le chef de projet doit assurer que l’erreur est bien vue comme une source d’amélioration par tous, une opportunité pour rebondir, trouver mieux, une occasion de s’enrichir. Ceci lors des différentes phases du cycle de vie du projet, son initialisation, sa planification, sa réalisation et son pilotage.
Par exemple, on peut se tromper dans l’estimation des délais. D’ailleurs, la personne ne devrait pas être jugée sur sa capacité à respecter une estimation mais sur sa capacité à ne pas consommer sa marge ! Ne pas perdre de temps à chercher qui a fait cette erreur d’estimation de délai, qui est fautif, consacrer ce temps à savoir quel besoin n’est pas nourri, qu’est ce qui peut être fait.
Ce point représente un des grands principes des méthodes dites AGILE (projet évoluant dans un environnement incertain et mouvant). Le droit à l’erreur est le fondement des équipes apprenantes, des cycles itératifs (ce que nous appelons communément « sprints » en agilité), pilier des réunions de pilotage quotidiennes appelées scrums (inspection, adaptation).
Un des rôles du chef de projet est de permettre aux individus d’échanger sur les erreurs (lors des rétrospectives en fin d‘itération notamment), afin que chacun puisse parler de ses erreurs dans un cadre sécurisant et bienveillant…

Punir or not punir
Le premier réflexe pourrait être la non solidarité face à l’erreur et par conséquence, la personne qui fait l’erreur va chercher à la cacher ou à accuser les autres. Ces non-dits, source de mensonges, représentent un frein important à la coopération dans l’équipe. Au même titre que le non droit à la parole par peur de l’erreur. Enfin, dans des projets avec des environnements de plus en plus incertains, changeants, il devient aberrant ou illusoire de penser qu’une équipe ne va pas commettre d’erreur durant la réalisation du projet.
La transition vers une organisation qui l’accepte risque de prendre du temps.

Toutefois, voici les comportements-clés du chef de projet qui favorisent l’adoption du droit à l’erreur au sein du projet et permettent de développer la coopération au sein de l’équipe:

la bienveillance : envers soi et envers les autres afin d’envisager l’erreur comme une source d’amélioration ;
l’empathie : totalement indispensable pour accorder le droit à l’erreur à quelqu’un ;
le courage : pour s’autoriser ou autoriser une autre personne à émettre une hypothèse et accepter qu’on puisse se tromper ;
l’humilité : afin d’accepter que tenter de s’améliorer ne soit pas une chose aisée et soit souvent un échec ;
la vision à long terme : pour investir dans les individus et croire en leur capacité d’apprendre de leurs erreurs afin de livrer plus de valeur dans un climat épanouissant. Cette démarche prend évidemment du temps.

Faire une erreur (je n’ai pas su faire) n’est pas être une erreur (je n’ai pas de valeur) !

Alexis Sgaros – CSP

Alexis Sgaros
Alexis est consultant senior, certifié PMP® par le Project Management Institute. Il est également formateur consultant en qualité, maîtrise des procédés et management de projet.

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)