Management de projet

Management de projets (3) : Evaluation des charges et points de fonction (PF)

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (Évaluez cet article)
Loading...

Par Jean-Baptiste Jourdant, Chef de projet chez CSP Formation.

Le chef de projet informatique MOE client : « Avec cette nouvelle méthode d’évaluation des charges avec les points de fonction (PF), on croit que tout est résolu, mais le prestataire fait ce qu’il veut avec tous ces ajustements, et on n’est pas plus avancé. »

Le chef de projet SSII : « Depuis qu’ils nous demandent des cotations en PF, on n’a plus de marge de manœuvre. En plus on ne maîtrise pas les coefficients de productivité, alors on s’engage les yeux fermés, et puis on est coincé. »

La théorie synthétisée

Les PF sont une méthode d’évaluation des fonctionnalités logicielles telles que perçues par les utilisateurs (finaux, administrateurs métiers) de l’application. A travers différents composants (groupes de données, transactions) l’application est cartographiée puis valorisée en nombre de PF.

Puis, à l’aide d’un coefficient de productivité (nombre de PF produits par homme.jour), on calcule la charge estimée du projet.

Intérêt

Le PF n’est certainement pas une panacée universelle. Toutefois, il permet d’établir un référentiel compréhensible par tous les interlocuteurs de la chaîne de production. La MOA voit ses fonctionnalités (disséquées, certes), la MOE client va disposer d’une base de comparaison entre ses différents projets (à manier avec précautions), la MOE SSII va disposer d’une image fonctionnelle « anticipée » de ses composants techniques, et faire valoir directement les carences éventuelles.

Les éléments variables

Les différents éléments suivants sont évalués pour prendre en compte les spécificités.

  • PRODUIT : nouveauté logicielle, complexité du langage, progiciel, niveau d’ergonomie ou de sécurité demandée, réutilisation du code, …
  • PROJET : Organisation de l’équipe (plateau de développement unique ou éclatement de la réalisation (off-shore), niveau de compétences des acteurs, urgence planning, …
  • MODELE DE PRODUCTION : Répartition des activités entre le client et le prestataire (RTU-Réalisation & Tests unitaires, conceptions, tests d’intégration, pilotage, prise de risques, …)

Processus de calcul des charges

Entre la fonctionnalité et les charges, le chef de projet passe par plusieurs étapes :

1° Cartographie è Nombre de PF dits bruts

2° Ajustements produits è Nombre de points de fonction ajustés

3° Utilisation du ratio de productivité standard è Charge nominale

4° Intégration des spécificités projet (périmètre RTU)è Charge brute

5° Prise en compte du modèle de production è Charge nette

Exemple

1° Cartographie fonctionnelle è 100 PF Bruts

2° Ajustement produit (sécurité, techno), +20% è 120 PF Ajustés

3° Productivité nominale (REX), 2 PF/HJ è Charge = 60 HJ

4° Efficacité projet (off-shore), 0,8 è Charge brute = 75 HJ

5° Activités complémentaires (Conception, doc), +50% è 112,5 HJ

Un ou des ratios de productivité ?

Finalement, dans la méthode, pour passer à l’étape suivante, on utilise un ratio qui mesure la contribution de chaque catégorie.

Et pour une productivité nominale de 2 PF/HJ, on a en réalité entre les PF bruts et la charge nette, une productivité globale de 0,88PF/HJ :

100 PF / 112,5 HJ

Recommandations

CONTRAT : C’est votre contrat qui fait foi. Précisez le ratio de productivité sur lequel vous vous appuyez. Et attention aux engagements préliminaires quand vous ne disposez pas de références.

MARGE DE MANŒUVRE : Soyez clair entre clients et fournisseurs sur les éléments variables et cadrer leur influence.

CAPITALISATION : C’est le secret de la fiabilisation de vos ratios de productivité !

Retrouvez la suite (en 8 volets) jeudi prochain !

Si vous souhaitez approndir cette problématique, suivez Estimation des projets logiciels.

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)