Management de projet

Méthodes Agile

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (3 vote(s), note: 4,67 / 5)
Loading...

On associe très souvent méthodes Agile et projets informatiques. Si l’on regarde les conditions de réussite de ces méthodes, on se rend assez vite compte qu’elles peuvent être utilisées de façon universelle.

méthodes agile

De même ce n’est pas parce que les méthodes agiles sont très efficaces en développement informatique, qu’il faut rejeter en bloc les méthodes dites « classiques ».

Les méthodes agiles sont des outils de la « boite à outils » de gestion de projet, il faut connaitre les méthodes classiques (cascade (70’s), V, W, spirale (90’s)) pour bien utiliser « l’Agile ».

Quels sont les contextes propices à la mise en place de méthodes Agile ?

Quels critères « d’éligibilité » pour un projet pour être traité en « agile » ?

–       Besoin d’une aide à l’expression des besoins ?

–       Besoin d’une aide à l’acceptation du changement ?

Si ces critères sont présents, les méthodes agiles seront pertinentes.

Le courage est une valeur que doit posséder :

–       le chef de projet agile qui va s’exposer en continu, qui va devoir faire des choix

–       le client qui donne un « chèque en blanc » au Chef de projet.

 

Qu’est ce qui différencie  les méthodes agile des autres méthodes ?

La position du Client : au centre de l’équipe

Les besoins du Client c’est comme une « liste de mariage », on a un budget, il y a des choses qu’on gardera, des choses qu’on changera peut être….

« Dis-moi quel délai et quel budget tu as, je te dirais ce que je peux faire »

Le client est « encapsulé » dans l’équipe et on ne parle plus de contrat, on bannit la notion MOA/MOE.

Agile évite l’effet tunnel avec un feed back aux utilisateurs réguliers (ce qui entretient leur motivation)

 

L’équipe :

L’agilité ne marche qu’en petit groupe autonome, les équipes autonomes voire autogérées.

Un bon chef de projet Agile (qui cumule souvent avec le rôle d’équipier) s’efface petit à petit au cours du projet par un bon transfert aux équipes.

L’agilité fait confiance à l’humain, il y a peu de règles (parfois même pas de chef de projet , pas de manager)

La posture des équipiers agile : « Comment puis-je t’aider ? »

 

Quelles sont les conditions de réussite des équipes agile?

L’agilité est empirique, ce n’est pas inné, ca s’apprend et donc il faut former les équipes: à faire des choix, à faire confiance, …..

Faire simple : L’outil privilégié des méthodes agile = le post-it pour partager et excel (équipiers réunis sur un seul lieu), si équipe à distance, on est obligé d’utiliser des outils collaboratifs pour compenser (sharepoint…). MS project ne sert qu’à faire du reporting.

Une communication en face à face et tous les métiers se mélangent (on a besoin d’être ensemble), par exemple des « stand up meeting » quotidiennes.

Faire la guerre aux mails, c’est difficile avec des équipes à distance/multi-sites mais dans ce cas chacune doit être autonome, responsable et doit réaliser ses propres livrables pour que ça marche.

Les stakeholders ont en permanence, la vision de l’avancement du projet.

Rythme durable : on ne s’épuise pas si on veut tenir la distance.

Pilotage par les enjeux et par les risques  en continu

Peu d’indicateurs : le meilleur c’est le « Waouh » de l’utilisateur, mais être ferme sur le reporting

Réajustement en permanence  (nécessite transparence, confiance et absence de sanctions)

Célébration des victoires rapides

En conclusion :

On parle de « méthode » Agile, mais il s’agit surtout de relations humaines plus que de méthodes. Que ce soit la position du Client, la confiance donnée aux équipiers, l’implication des parties prenantes, ce qui fait que ces méthodes marchent c’est une prise en compte différente des individus et de leurs besoins.

Pour en savoir plus sur ce sujet, consultez notre page «  Manager les projets avec agilité  »

CSP
CConsultant qualité Certifié PMP et IPMA

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)