QSE et santé au travail

Et si nous étions aussi écolos dans les bureaux…

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (4 vote(s), note: 4,00 / 5)
Loading...

Greta, le réchauffement climatique, la fonte des glaciers, Trump… bien seul est celui qui n’a jamais entendu parlé de ces sujets ! Ils font même l’objet d’âpres conversations autour de la machine à café. Oui, d’ailleurs, si nous commencions à sauver la planète de notre open space? Il n’y a pas que l’industrie lourde qui pollue, nos bureaux aussi… (Re)découvrons les bons gestes avec Hervé Giraud, notre expert Qualité !

Ecolo au boulot Hervé Giraud  CSP The Art of Training écolo au bureau tertiaire

Autant le dire tout de suite, nous ne traiterons ici que le cas des activités tertiaires. Donc l’essentiel de la vie dans nos bureaux…

Quand on pense écologie et préservation de l’environnement, il nous vient à l’esprit plutôt une usine de produits chimiques que les locaux tertiaires !
Mais ce genre d’activités a un impact environnemental non négligeable. En effet, en 2017, elles représentent 10 à 15 % des émissions de gaz à effet de serre en France soit 45 à 70 millions de tonnes éqCO2 (équivalent en dioxyde de carbone).

Quels sont les principaux impacts environnementaux des activités tertiaires et comment agir dans son travail pour les réduire ?

  • Le chauffage : respecter les consignes de température (19°C pour les bureaux). Si vous avez froid, mettez un pull (en laine, non pas en synthétique), plutôt que d’augmenter la température.

La climatisation : ne pas en abuser (ne pas la mettre, s’il ne fait que 25°C) et ne pas la mettre trop basse (20° C par exemple quand il fait 30°C). L’éteindre, bien sûr, quand on quitte les locaux.

La bureautique : éteindre les appareils et non pas les laisser en veille. Ne pas oublier les distributeurs de café et autre fontaine à eau.

L’éclairage : en cas d’absence de détecteur de présence, éteindre évidemment, les lumières en sortant des locaux.

  • L’eau : on ne consomme pas énormément d’eau dans les bureaux normalement, mais « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». Voici des points de vigilances :

Les fuites d’eau : les signaler rapidement. Un robinet qui goutte peut consommer 120 litres par jour et une chasse d’eau qui fuit, 600 l/jour ! Ne pas laisser ouverts les robinets trop longtemps.

  • Le papier : limiter les impressions. A défaut, opter pour du recto-verso et utiliser du papier recyclé.
  • Les produits de nettoyage : pour nettoyer les locaux, utiliser des produits moins polluants et labellisés (écolabel européen, écocert, NF environnement…).
  • Les déchets : respectons les règles de tri et mettons à part les déchets dangereux (piles, ampoules, matériels électriques & électroniques usagés).

Enfin, n’oublions pas une activité souvent présente chez les « cols blancs » : les déplacements professionnels. Sur ce point, utilisons au maximum les moyens de transports peu polluants quand c’est possible.

Du bon sens, en somme et des gestes qui peuvent aussi s’appliquer à la maison !

Hervé Giraud

Hervé Giraud

Hervé Giraud

Ingénieur, auditeur certifié ICA et IRCA

Après 8 ans d’expérience en tant que responsable qualité dans l’industrie automobile, Hervé rejoint CSP. Consultant senior et auditeur certifié IRCA en qualité, sécurité et environnement, il est spécialisé dans les systèmes de management QSE et l’audit.

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)