Ressources humaines

L’évaluation de la formation plus stratégique

1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles (2 vote(s), note: 4,50 / 5)
Loading...

Encore trop peu considérée comme une priorité, l’évaluation de la formation est pourtant synonyme de nombreux gains pour les entreprises.

évaluation de la formation

L’évaluation de la formation soulève de nombreuses peurs au sein des entreprises. Les participants craignent de se sentir jugés, le formateur d’être remis en cause, le responsable formation anticipe une surcharge de travail, la direction générale appréhende d’éventuelles demandes de promotions… Pourtant « l’évaluation de la formation peut servir à améliorer les parcours pédagogiques, à impliquer davantage la hiérarchie, à motiver les salariés et à préparer plus stratégiquement le plan de formation », analyse Elisabeth Rochefort, consultante formatrice spécialisée en efficacité professionnelle et communication au sein de CSP Formation. A condition toutefois que cette évaluation soit conduite dans les règles de l’art.

Les 5 niveaux d’une évaluation efficace

« L’évaluation se prépare en amont de la formation ! Elle exige de se concentrer sur la définition des objectifs du cursus pédagogique pour pouvoir bien l’évaluer sur la durée, insiste Elisabeth Rochefort. Le responsable formation, le formateur et le manager doivent tous trois être acteurs de la démarche. » Une fois les objectifs définis et les indicateurs de mesure et de résultats déterminés, l’évaluation se séquence en cinq niveaux. Le premier consiste à mesurer à chaud les réactions des participants, « idéalement conduite en présence du manager et du formateur, cette évaluation permet de recueillir ce que les formés ont pensé de leur formation. »

Attitudes, comportements, connaissances : le deuxième niveau a pour but de jauger ce que les participants ont appris, « par le biais de QCM, d’un test ou d’une autoévaluation, on détermine alors l’efficacité pédagogique du contenu de la formation », explique la formatrice. Vient ensuite l’étude du transfert au poste de travail. Questionnaire ou réunion avec les participants, les formés et leur manager, cette évaluation prend place quelques mois après la formation. « Elle renvoie aux objectifs et aux référentiels de compétences et permet de voir ce que les apprenants ont mis en œuvre. »

Le quatrième niveau analyse l’impact de la formation sur les résultats de l’entreprise, « ce qui suppose d’avoir établi des objectifs et des indicateurs de mesure », appuie Elisabeth Rochefort. Indicateurs qui seront convertis au cinquième niveau en valeurs monétaires afin de mesurer le retour sur investissement de la formation. « Enfin pour véritablement porter leurs fruits et donner à la formation une place plus stratégique, les résultats de l’évaluation devront être communiqués aussi bien à la direction générale qu’aux participants. »

CSP
consultante formatrice spécialisée en efficacité professionnelle et communication

Commentaires (2)

Commenter cet article

  1. Touanen dit :

    Bonjour,
    Cette évaluation à 5 niveaux est très clairement exposée. cela dit, le 5eme niveau est souvent difficile à appliquer dans le cas de certaines formations, par exemple celles des tuteurs. Est ce que les indicateurs ne doivent pas porter sur l’impact et donc indirectement sur la formation des tutorés? Au plaisir Muriel Touanen

  2. Evelyne@RPS dit :

    Bonjour,
    J’aime beaucoup votre article et l’idée d’une évaluation à 5 niveaux a du sens. Pour que l’opération soit une réussite, il faut néanmoins que les salariés soient au cœur du processus même si l’objectif est d’améliorer les performances, et donc le chiffre d’affaire, de l’entreprise.

icone commentaire Commenter cet article

obligatoire

obligatoire (ne sera pas publié)