Nous préparons souvent consciencieusement nos discours et prises de parole, mais, parfois, nos gestes, nos regards, ou encore le ton de notre voix en disent bien plus long sur ce que nous pensons que nos propres mots.

Qu’est-ce que la communication non verbale ?

De manière inconsciente, nous communiquons parfois davantage avec notre corps qu’avec nos mots. C’est ce que l’on appelle la communication non verbale. Aussi nommée synergologie ou communication comportementale, la communication non verbale consiste à analyser les éléments, autres que la parole, qui constituent un échange : la gestuelle, les expressions du visage, la posture, l’intonation, mais aussi le choix de la tenue vestimentaire, de la coiffure, du parfum ou encore du maquillage.

 

Que dit la communication non verbale de nous ?

D’après la « règle des 3V », établie par Albert Mehrabian selon deux études menées en 1967[1], une communication ne serait verbale qu’à seulement 7 %, et non verbale à 93 % (vocale à 38 % et visuelle à 55 %). La communication non verbale permet de traduire une multitude d’émotions : le stress, l’excitation, la colère, la tristesse, la joie mais également, le mensonge, l’indifférence, le désir, etc.

 

Comment la maîtriser ?  

Il convient d’abord de s’observer soi-même. L’objectif ? Identifier les signes renvoyés inconsciemment par le corps en fonction des différentes émotions ressenties afin de les maîtriser en :

  • travaillant sa respiration ;
  • modulant le ton de sa voix et son débit de parole ;
  • contrôlant ses tics de nervosité ;
  • adoptant une gestuelle décontractée ;
  • maintenant le contact visuel ;
  • affichant un sourire bienveillant et communicatif.

 

[1] Mehrabian Albert, « Decoding of Inconscient Communications », Journal of Personality and Social Psychology 6 (1) : 109–114, 1967 et Mehrabian Albert, « Inference of attitudes from nonverbal communication in two channels », Journal of Consulting Psychology, 31(3), 248–252.