Comment acquérir et développer de nouvelles compétences, s’investir dans une formation et apprendre, dans les meilleures conditions possibles ? La connaissance du fonctionnement de notre cerveau sous l’angle des neurosciences, tout comme l’activation des principaux leviers d’apprentissage, sont autant d’atouts en la matière. Pour en savoir plus, nous avons posé 3 QUESTIONS à Aurélie Van Dijk, responsable de l’offre Learning de CSP DOCENDI. Clap de début !

 

Je regarde la vidéo !

Comment favoriser l’apprentissage ? Réponses en vidéo avec Aurélie Van Dijk

Que se passe-t-il dans notre cerveau quand nous apprenons ?

Pour nous permettre d’apprendre, notre cerveau crée des connexions entre ce que nous savons déjà et de nouveaux apports – les contenus d’apprentissage. Dès lors, il est important pour un formateur de questionner les apprenants sur leurs acquis. Mais le processus d’apprentissage ne se limite pas à cette première phase. Une fois ces connexions établies, notre cerveau a besoin de les renforcer pour qu’elles se muent en nouvelles connaissances. D’où l’importance d’opérer par réactivation et consolidation, successives, de l’apprentissage. L’objectif est d’ancrer les apports inédits, dans la durée.

Si notre cerveau à tous fonctionne de façon identique, nous avons pourtant des préférences d’apprentissage – canal visuel, auditif et kinesthésique. Garantissent-ils une acquisition plus efficace si nous les mobilisons de façon exclusive ?

 

Comment agir sur la motivation et sur la confiance, pour faciliter l’apprentissage ?

Pour Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l’Éducation Nationale et professeur au Collège de France, il existe 4 piliers de l’apprentissage :

  • L’attention;
  • L’engagement actif ;
  • Le feedback ;
  • La consolidation.

Or l’attention et l’engagement actif sont stimulés par notre motivation à apprendre. Quant aux feedbacks du formateur ou des autres apprenants, ils nourrissent à leur tour notre motivation en nous donnant des points d’appui pour progresser.

En parallèle, la confiance en nos capacités d’apprentissage s’avère décisive. Différents facteurs y contribuent, que ce soit dans le mode de partage des contenus de formation ou dans l’atmosphère bienveillante créée par le formateur.

 

Animation, régulation, autres : quel est le rôle du formateur en 2021 ?

L’ère de la formation top-down est heureusement révolue ! La plupart des formateurs ont abandonné leur posture de « sachants ».  Quelles sont les fonctions qu’ils doivent assurer pour placer les participants dans les meilleures conditions possibles d’apprentissage ? Selon Aurélie Van Dijk, la facilitation est désormais clé, que celle-ci concerne l’apprenant à titre individuel, ou le groupe.

 

Je découvre la vidéo !

Pour en savoir plus, découvrez toutes nos formations à distance !