Moins coûteuse et plus rapide qu’un passage devant les prud’hommes, la médiation professionnelle demeure assez méconnue dans le monde de l’entreprise.

Que le conflit soit de nature juridique, technique ou relationnelle, la médiation professionnelle prend tout son sens lorsque les émotions prennent le dessus sur la raison. « Lorsque l’émotionnel devient le moteur du désaccord, ce dernier n’est plus raisonné, analyse Pascal Christin, médiateur professionnel consultant formateur pour CSP Formation. Chaque partie campe alors sur ses positions et n’est plus en mesure de reconnaître ni d’accepter la maladresse, les bonnes intentions et la légitimité du point de vue différent de l’autre. » Le lien de confiance est brisé et l’intolérance s’installe.

Plutôt que de gérer le conflit par l’adversité : en allant à l’affrontement ou en faisant en sorte que l’une des parties se résigne, la médiation professionnelle offre « un espace de libération permettant aux personnes impliquées de prendre de la hauteur, de remettre de la raison sur leur différend afin de le résoudre elles-mêmes », explique le médiateur professionnel.

Le médiateur, un rouage clé

Tout au long du processus composé d’entretiens individuels puis de rencontres réunissant les personnes en conflit, le médiateur professionnel joue un rôle essentiel : « Il est neutre, impartial, indépendant et adhère au code de déontologie de la Chambre Professionnelle de la Médiation et de la Négociation, insiste Pascal Christin. Il est dans l’écoute, centré sur les personnes et le processus de médiation. Il permet aux parties impliquées d’exprimer leurs émotions et de remettre le différend dans son contexte. Son but, les conduire à réinstaurer une qualité relationnelle et à trouver elles-mêmes la solution pour résoudre leur conflit ».

[schema type=”person” name=”Pascal Christin” orgname=”CSP” jobtitle=”médiateur professionnel consultant formateur pour CSP Formation” url=”http://www.csp.fr/”]